Accueil > LE PARC EN ACTION > Le retour du lamantin > Chronologie et mise en œuvre

Chronologie et mise en œuvre

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Ce projet de réintroduction du lamantin en Guadeloupe, figurant à la fois dans le premier plan de gestion de la réserve naturelle du Grand Cul-de-Sac marin (1998), dans le programme d’aménagement 2006-2011 du Parc national et dans le plan d’actions outre mer pour la biodiversité en Guadeloupe (2005), a déjà fait l’objet d’une étude de faisabilité commandée par la DIREN (Lartiges et al. 2002) et d’un atelier de travail (2008) avec des scientifiques internationaux, spécialistes de l’espèce. Des conclusions positives quant aux chances de réussite du projet en sont ressorties accompagnées de plusieurs recommandations (populations donatrices suffisamment importantes et en bonne santé, réintroduction d’une quinzaine d’individus minimum avec une majorité de femelles, garantie d’un site d’accueil optimal, adhésion de la population et des acteurs locaux, etc.).

Le projet de réintroduction du lamantin en Guadeloupe est un projet collectif d’envergure s’échelonnant en deux temps, avec une première phase de préparation et une seconde phase de réalisation et de suivi. Les durées prévisionnelles de ces phases sont les suivantes :

- phase préparatoire : 3 ans
- phase de réalisation et de suivi : 5 ans

La phase préparatoire qui débute en 2010 concerne toutes les études et les recherches à effectuer sur le site d’accueil, les populations fondatrices, le profil génétique de la population d’origine aujourd’hui disparue, le dialogue et la concertation avec les acteurs locaux, etc.

Elle a donc pour objet de mettre en place des partenariats avec les pays de la Caraïbe potentiellement donateurs d’individus, d’améliorer si besoin l’état des connaissances des populations dans ces pays, d’obtenir l’adhésion de la population et des acteurs locaux, ainsi que de travailler sur le traitement des menaces éventuelles tout en précisant le diagnostic du milieu. Plusieurs études préliminaires (recherches écotoxicologiques, analyse de la contamination des herbiers, mise en place d’un réseau de partenaires caribéens, etc. (liens/téléchargements vers études) intégrées dans la réalisation de cette phase, sont d’ores et déjà engagées.

La phase de réalisation et suivi, consiste à prélever des individus dans les pays identifiés comme donateurs et les relâcher durant plusieurs années dans la baie du Grand Cul-de-Sac marin. Le suivi du déplacement de chaque animal par balise radio-satellite permettra de s’assurer de leur santé et d’étudier leur comportement dans le milieu. Ce gros effort de suivi et de surveillance continue est indispensable à la réussite du projet et à son évaluation.

Un centre d’accueil et d’information est envisagé pour valoriser le projet et sensibiliser la population locale et les touristes sur la protection des lamantins.

Un centre de soins pour accueillir et soigner les animaux en difficulté sera construit en partenariat avec l’aquarium de Guadeloupe.

Ces 2 phases seront accompagnées d’actions d’information, de sensibilisation et de communication du public et des acteurs locaux, le premier facteur de réussite restant l’appropriation du projet par la population guadeloupéenne au travers d’une large concertation.