La Réserve de Biosphère de l’Archipel de Guadeloupe

DANS LA MÊME RUBRIQUE

La Réserve de Biosphère de l’Archipel de la Guadeloupe a été désignée par l’UNESCO en 1992. Il s’agit d’une reconnaissance mondiale pour un territoire doté d’écosystèmes de grande qualité.

Depuis 2009, le territoire de la réserve de biosphère est composé de 21 communes de l’Archipel.

Son aire centrale (22 144 hectares) est composée des espaces classés en cœur de Parc : le massif forestier de la Basse-Terre, les îlets Pigeon avec les récifs coralliens qui les entourent, les îlets Kahouanne et Tête à l’Anglais, les cœurs de la baie du Grand Cul-de-Sac Marin : mangroves et marais de Choisy et Lambis, estuaire de la Grande Rivière à Goyaves, îlets Fajou, Christophe, Carénage et la Biche.

Sa zone tampon (30 506 ha) correspond à des territoires protégés : la forêt départementalo-domaniale non classée en cœur de parc, des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), des territoires classés par un arrêté de protection de biotope, des sites classés ou inscrits, des territoires appartenant au conservatoire du littoral ou encore aux domaines publics maritimes terrestres.

Son aire de transition (195 318 ha) comprend l’aire d’adhésion et l’aire maritime adjacente du Parc national, qui comprend la zone RAMSAR (Convention de RAMSAR signée par la France en 1986, relative aux zones humides d’importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau).

77% de la superficie totale de l’île sont classés Réserve de Biosphère.

Comme toute Réserve de Biosphère, la Réserve de Biosphère de l’Archipel de la Guadeloupe s’efforce de constituer des sites modèles. Des démonstrations d’étude, de conservation et de développement durable qui remplissent trois fonctions complémentaires :

- une fonction de conservation, pour préserver les ressources génétiques, les espèces, les écosystèmes, et les paysages. Conserver la diversité naturelle et culturelle,
- une fonction de support logistique pour soutenir et encourager les activités de recherche, d’éducation, de formation, et de surveillance continue,
- une fonction de développement, pour encourager une croissance économique et humaine durable des points de vue socio-culturel et écologique. Constituer des modèles de gestion des espaces et des lieux d’expérimentation du développement durable.

En Guadeloupe, la création de la Réserve de Biosphère ayant reposé sur l’existence d’espaces protégés de grande taille et de grande qualité environnementale, c’est l’établissement public Parc national qui s’est vu confier l’animation de la Réserve.

Site à visiter : MaB France : Les réserves de biosphère françaises