Accueil > LES TERRITOIRES > Activités de pleine-nature > Randonner > Présentation de la randonnée

Présentation de la randonnée

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Les "traces", (nom donné aux sentiers en Guadeloupe) ont été créées, pour certaines à des fins stratégiques à la fin du XVIIIe siècle comme la trace Delgrès, d’autres par les populations locales pour se déplacer dans l’île (entre les domaines par exemple). Plusieurs d’entre elles sont attachées à l’histoire de la Guadeloupe ; elles font partie du patrimoine culturel local.

Elles traversent le massif le plus souvent en suivant les lignes de crêtes, se préservant ainsi des crues dévastatrices des rivières qui descendent de la montagne. Elles permettent de découvrir toute la richesse de la flore de la forêt tropicale humide et des savanes d’altitudes uniques dans les Petites Antilles.

A proximité des sites touristiques les plus fréquentés, des itinéraires de promenade et de petite randonnée sont accessible à tous. Certains sont (ou seront prochainement) aménagés pour être fréquentés par des personnes à mobilité réduite. Les aménagements parfois importants (Deuxième Chute du Carbet, le Pas du Roy, les traces de la Maison de la Forêt ) offrent au plus grand nombre une découverte unique de la forêt tropicale humide, pour qui sait regarder et lever les yeux vers la cime des arbres, tout en préservant la végétation luxuriante au sein de laquelle la trace emmène les visiteurs.

Les promeneurs et randonneurs avertis pourront se hisser jusqu’au sommet du volcan de la Soufrière , vers la Première Chute du Carbet ou sur les flancs de l’une des deux Mamelles. Ils choisiront une période de beau temps car les pluies tropicales transforment rapidement les traces en bourbier et les rivières calmes en dangereux torrents. Ils pourront aussi découvrir le littoral du Grand Cul-de-Sac marin vers la pointe Allègre ou la mangrove de Port-Louis.

Enfin, les plus sportifs s’attacheront les services d’un guide ou accompagnateur local pour découvrir les ravines les plus profondes de la forêt, les chutes spectaculaires des rivières, les sources chaudes du volcan ou les îlets secrets du Grand Cul-de-Sac marin.

Sur chacun de ces itinéraires le Parc national réalise les travaux et entretient la signalisation pour permettre à chacun de découvrir à son rythme le patrimoine naturel guadeloupéen. Mais chaque visiteur doit rester prudent ; la nature, surtout lorsqu’on ne la connaît pas, reste dangereuse pour l’homme. Les chutes de pierre, les glissements de terrain, les crues torrentielles, … sont des phénomènes fréquents sous les tropiques et plus encore sur une île volcanique dont les sols ne sont pas stabilisés. Il appartient à chacun d’adopter un comportement responsable pour s’assurer d’une découverte heureuse de la nature guadeloupéenne.