Production locale et commerce équitable

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Le 22 mai dernier, le parc national de la Guadeloupe participait à une journée de sensibilisation à la consommation responsable, qui se tenait sur le site de Duval, à Petit-Canal. Commerce responsable ? En Guadeloupe ? Eh bien oui, qui a dit que le commerce équitable ne concernait que les pays du Sud ? Promouvoir des conditions de rémunération plus justes, ça parle aussi et (de plus en plus) aux agriculteurs des pays dits riches, qui souhaitent accéder à des modes de production plus sains, plus humains, dans le respect de la biodiversité et… d’un consommateur responsable. Tout se tient, on le voit. Or, si la Guadeloupe n’a pas accès au label « commerce équitable », réservé aux pays en voie de développement, 20% des jeunes agriculteurs guadeloupéens pratiquent ou voudraient s’installer en bio. Ils font pourtant face à de lourdes difficultés, que cette journée dédiée a permis d’aborder.

JPEG - 295.3 ko
Débat à Petit-Canal
Petit-Canal accueille le débat sur le commerce responsable comme alternative citoyenne

Les communes au cœur de la prise de décision
En présence de producteurs, d’agriculteurs, d’associations [1] et de citoyens de Petit-Canal, la question du commerce équitable a donc occupé le centre des débats et d’abord mis en évidence la diversité des opinions sur le potentiel de cette alternative citoyenne en Guadeloupe. La présence, en tant que partenaire, du parc national de la Guadeloupe se justifiait à plusieurs titres. D’abord, la charte de territoire, liant le parc et les communes, permettra d’aider la production locale à travers le soutien aux agriculteurs bio et à la mise en relation des différents acteurs susceptibles d’encourager un autre regard sur la consommation. Ensuite, la commune de Petit-Canal fait désormais partie de l’aire optimale d’adhésion, ce qui fait du parc national un interlocuteur-clé en termes de développement durable de la zone. La sensibilisation du public à la qualité et aux savoir-faire d’une production locale responsable va donc se poursuivre ainsi que la concertation entre le parc national et les communes de l’aire d’adhésion. À travers leurs choix et leurs achats, ce sont elles – donc nous ? – qui pourraient bien être le moteur d’une attitude responsable et solidaire, valorisante pour la production guadeloupéenne.

Notes

[1Association Guadeloupe équitable et durable, Syndicat des jeunes agriculteurs de Guadeloupe, Paysages parcs et jardins caraïbes, Syndicat des cafés de Guadeloupe, Pépinière de la Sarde, Parc de paysager de Petit-Canal, etc.